Votre médiathèque
vous accueille

Mardi 10h-12h/15h-18h – Mercredi 10h-18h
Vendredi 10h-12h/15h-18h – Samedi 9h30-12h30

Les coups de cœur

Roman jeunesse, pour tout le monde …

Quelque part à Lisbonne, dans une pension d’orphelins, vit Miguel, un ado presque ordinaire. Presque car il possède un don particulier, celui de pouvoir pénétrer DANS les tableaux… et de les modifier…

Là où il pensait être le seul, il rencontre d’abord Avril dont il tombe amoureux, puis un protecteur des œuvres, nettement moins sympathique, qui se met à les poursuivre. D’abord d’un tableau à l’autre, puis bientôt en dehors, ce qui provoque un cahot indescriptible dans la ville.

Un livre qui vous transporte à l’intérieur des œuvres classiques, qui vous fait ressentir de façon presque intime les émotions de l’artiste, qui vous permet d’échanger avec les personnages qui les peuplent.

Je me suis laissée emportée par cette aventure comme par la vague d’Hokusaï. Depuis, cette histoire me fait regarder différemment ces tableaux que je croyais connaître : et s’ils étaient « vivants » ???

Caroline

Emile, 26 ans, est atteint d'un Alzheimer précoce. Il se sait condamné à court terme et veut profiter du temps qui lui reste à vivre pour découvrir la France, en fuyant l'hôpital, sa famille et ses amis.

À la recherche d'un compagnon de voyage, il rencontre Joanne, jeune femme frêle, silencieuse et énigmatique... Les voilà partis pour un périple entre mer et montagnes et surtout une aventure humaine extraordinaire !

J'ai adoré ce roman de Mélissa Da Costa : tous les personnages sont très attachants, avec des histoires touchantes.

Écriture simple, précise, avec des dialogues dynamiques et de belles descriptions.

Un livre émouvant et bouleversant.

Lætitia

Avner est un jeune juif vivant à Acre en Palestine à la fin du 11ème siècle.

Il livre des poissons à un monastère orthodoxe et se lie d'amitié avec un religieux qui peint (ou plutôt qui «écrit») des icônes éblouissantes. Initié à cet art, il se révèle être très doué. Mais pour accéder aux dernières étapes de cet enseignement, il doit se convertir et recevoir le baptême. Avner accepte en faisant semblant d’avoir la Foi.

Il devient un maître et quitte les siens pour exercer dans différents monastères du pays. Il voyagera ensuite en compagnie d’un marchand ambulant musulman dont il sera l'ami fidèle. À chaque rencontre, il peindra des portraits faisant apparaître le meilleur de chaque personne.

Dans ce roman de Metin Arditi, il est question de tolérance autour des trois religions monothéistes, un sujet toujours d'actualité. À travers "l'écriture" d'icônes aux codes très stricts, deux visions de l'art se confrontent : glorifier Dieu ou l'homme.

Geneviève

C’est l’histoire de Roger Casement (1864-1916), diplomate britannique qui va être envoyé successivement au Congo belge puis en Amazonie péruvienne pour enquêter sur les conditions d’exploitation du caoutchouc par les Indigènes.

Il va dénoncer les exactions et crimes commis par les employés des compagnies anglaises et belges, dirigées par des personnages cupides et sans scrupules.

Ses rapports vont faire grand bruit en Europe et aux États-Unis sans que les pratiques changent sur le terrain.

Roger Casement va prendre conscience des méfaits du colonialisme et son cheminement va l'amener à œuvrer pour l'indépendance du pays où il est né, l'Irlande.

Ce livre de Mario Vargas Llosa, basé sur des faits réels, nous plonge dans une époque où certains hommes sont exploités, torturés, tués, niés dans leur dignité, à la seule fin du profit de leurs employeurs. Hélas, de nos jours, dans des pays pauvres, les conditions d’exploitation de certaines ressources demeurent inhumaines et nous, les pays riches, profitons indirectement des biens fabriqués à partir de ces ressources de base.

Geneviève

S’adapter à l’arrivée d’un enfant handicapé, INADAPTÉ. L’auteure nous raconte cette adaptation dans une famille cévenole, à travers la vision de ses frères et sœur ainsi que par la mémoire des pierres témoins des bonheurs, souffrances, colères que génèrent cette nouvelle vie.

Diagnostic du médecin : "l'enfant grandirait mais resterait aveugle. Le cerveau ne transmettait pas ce qu'il faut pour marcher, parler, prendre, se tenir assis ou tenir sa tête..."

Les pierres racontent l'adaptation des enfants de la famille, enfants qui n'ont d'ailleurs pas de prénoms, seulement désignés par l'Aîné, la Cadette, le Dernier. Cela ne manque pas, tellement l'écrivaine, Clara Dupont-Monod, décrit avec force et finesse leurs personnalités, leurs réactions, leurs émotions, leurs interactions...

C’est mon livre “coup de cœur” de la rentrée.

Claire

On entre dans le monde d’un thanatopracteur (= embaumeur de morts).

Sylvain pratique son métier avec délicatesse, tendresse, en décryptant la personnalité du mort par le biais des senteurs. Il cerne également celles des vivants de la même manière !

“Giselle, parfum généreux et végétal, avec la lourde et capiteuse puissance du patchouli…. Et puis, en humant bien, quelque chose d’autre, … quelque chose de plus tendre et léger, une note de tête, aérienne et fragile : le lilas.”

C’est ainsi qu’il fait les présentations à Alice.

Alice, étudiante, l’accompagne, dans le but d’écrire sa thèse sur ce métier. Elle a beaucoup de mal à communiquer avec lui car c’est un ours bourru, taiseux ; elle-même est plutôt joyeuse, bavarde. Elle va l’apprivoiser, partager avec lui sa passion de la musique et comprendre ce qu’il cache depuis 15 ans.

J’ai bien aimé l’écriture de Marie Mangez, tonique, utilisant souvent le “direct” de la langue orale pour mieux nous impliquer et en parallèle, le vocabulaire très riche de la parfumerie.

Claire

Jessica Bruder est journaliste. Elle est touchée par la précarité qui s’est abattue sur des milliers d’États-Uniens après la crise des Subprimes. Ces gens perdent leur maison ne pouvant plus honorer leurs traites. Beaucoup se retrouvent à vivre dans un van, un camping-car voire leur voiture.

Pour comprendre comment ils arrivaient à s’en sortir, à trouver malgré tout du sel à la vie, elle décide de les rejoindre sur la route par épisodes, pendant 3 ans, elle aussi dans un camping-car.

Elle crée des liens profonds, de confiance, avec certains “SAF” = Sans Adresse Fixe. Nous découvrons des itinéraires de vie très chaotiques, mais plein d’humanité.

Depuis, son œil s’est aguerri : elle repère, autour de chez elle, ces abris nomades qui forment une ville invisible, cachée à la vue de tous.

Merci à Jessica Bruder de les avoir mis en lumière, dans cette Amérique qui était un lieu de tous les espoirs, toutes les promesses !

Claire